Jouer du piano… pour le plaisir? ou avec plaisir?

Fou-rire au piano

Pour le plaisir

Tu te souviens peut-être de la chanson-générique d’une série télévisée à succès des années 80, interprétée par Herbert Léonard ...

Et maintenant que ces 4 syllabes /4 notes tourneront en boucle dans tes oreilles pour le reste de la journée, ne me dis pas merci…

Plus sérieusement, je suis toujours étonnée d’entendre mes élèves adultes, au retour des vacances, se justifier d’un ton sérieux : “Ah non je n’ai RIEN fait au piano. En fait, j’ai joué plein de petites choses, juste pour mon plaisir tu vois …”

Mais oui je vois ! J’espère bien que c’est pour le plaisir qu’on joue ! Surtout, qu’il n’y ait pas l’idée de contrainte, de corvée …

C'est toujours pour le plaisir qu'on apprend

Quel que soit le plaisir d’ailleurs :

  • Plaisir de reproduire soi-même des mélodies entendues et aimées
  • Plaisir de jouer d’un instrument fascinant
  • Plaisir de la nouveauté
  • Plaisir de la revanche, alors qu’on avait cru que ce serait trop difficile, ou trop cher, ou trop contraignant…

Et puis, on joue … POUR le plaisir? Ou AVEC plaisir?

Les deux mon capitaine. Sinon, ce n’est même pas la peine de commencer. Je t’en ai d’ailleurs déjà parlé dans le chapitre “les 6 questions incontournables que  tout le monde se pose avant d’apprendre le piano

Déjà, quand tu étais petit. e

TOUS nos apprentissages instinctifs depuis notre naissance ont été conditionnés par le plaisir, soit immédiat, soit espéré.

Lorsque tu étais à 4 pattes par terre, personne ne t’a obligé·e à te mettre debout, défiant toutes les lois de la pesanteur et du centre de gravité. La chose pouvait paraître impossible, et… tu l’as faite !

Pourquoi? Par plaisir ! Seule l’envie de faire comme les adultes aimants autour de toi t’a servie de moteur. Tu te doutais bien que ça devait être sympa, la position verticale…

Alors bien sûr, on ne parle peut-être pas de plaisir dans tes nombreuses chutes, excepté parfois celui d’amuser la galerie😉, mais le but espéré étant de te déplacer plus rapidement, c’est ce plaisir anticipé qui a dominé tes essais infructueux au départ.

On reparle du piano?

Répéter inlassablement la même phrase n’est ni drôle, ni agréable (ni très utile, je t’en ai déjà parlé je crois), mais l’anticipation de la réussite permet de garder la motivation.

Qui a dit : “l’important ce n’est pas le but, c’est le chemin?”

Pour certains, cette phrase tient lieu de ligne de conduite. Ceux-là joueront AVEC plaisir, quel que soit le résultat…

escalier bleu

Pour d’autres, le chemin n’a aucune importance, seul compte le but.

Et c’est là que cela me paraît difficile : si tu attends de profiter un jour de ta parfaite interprétation de la Rhapsodie in Blue, ou de Mistral Gagnant, il est évident que toutes les péripéties de l’apprentissage te sembleront lourdes, inconfortables, et très loin du résultat espéré.

Avec ET pour le plaisir

Bien sûr, tu peux jouer du piano AVEC, et POUR le plaisir !

AVEC plaisir :

  • plaisir de la mise en œuvre d’un nouveau morceau, d’un défi que tu t’es lancé
  • plaisir de débrouiller l’écheveau emmêlé d’un barbouillis de notes complexes
  • plaisir de découvrir la mélodie attendue

POUR le plaisir :

  • plaisir d’arriver à jouer un jour telle grande œuvre du répertoire
  • plaisir de dominer une difficulté technique
  • plaisir de trouver l’enchaînement subtil qui va te mettre des papillons dans le ventre pendant une improvisation

Il me semble, comme n’importe quel “apprenti” d’ailleurs,  que tu as tout à gagner si tu prends conscience de ce plaisir multiple, immédiat et à venir. Ce plaisir est la clé de la réussite.

C'est bon pour la santé !

En déclenchant la production de sérotonine, liée à la pratique d’une activité non connue à l’avance, agréable et reposante pour le cerveau (surtout l’hémisphère droit, axé sur l’intuition et le sens artistique), tu crées une énergie positive, une vraie pêche, qui te donne envie de continuer, de recommencer etc. et voilà le cercle vertueux enclenché !

Important : pour que cette hormone soit vraiment fabriquée, il ne faut pas que tu sois dans l’analyse, l’auto-critique permanente, le jugement.

Profite au contraire de l’instant présent, du ressenti du “joli” !

C'est bon pour le moral !

Il est fondamental aussi que tu sois bienveillant envers toi-même.

Je suis persuadée que nos propres paroles ont un pouvoir créateur, et qu’à force de dire “c’est moche, je n’y arriverai jamais”, tu scies la branche sur laquelle tu es assis·e !

On peut très bien dire “ouh là là, c’était moche, là” (constatation), je vais le refaire en mieux ! (espoir, plaisir anticipé)

De même si tu as pris l’habitude de commenter tout haut ce que tu fais. Comment peux-tu être à la fois l’interprète et le jury?

Soit tu es pianiste, et dans ce cas tu n’utilises que tes oreilles pour apprécier ton jeu, soit tu es critique, et pour que tu puisses émettre tes jugements tes doigts vont jouer mécaniquement, parce qu’on ne peut pas couper sa tête en deux …

Un exemple étonnant... et concret : Nora

Nora est… une chatte ! Elle appartient à une prof de piano américaine, Betsy, qui eut  la surprise, une nuit, d’entendre jouer du piano … et de découvrir son nouveau petit chat installé, assis sur le banc de piano, tapotant le clavier avec sa patte, puis l’autre, dodelinant d’une oreille à l’autre pour apprécier.

Peu importent les motivations de Nora, que tu trouveras détaillées dans ces articles de presse, notamment p 57 en français.

Ce petit chat joue du piano pour son plaisir, pour le plaisir de sa maîtresse, et avec plaisir !

Pendant que nous parlons de plaisir, je ne résiste pas à celui de te montrer cette vidéo délicieuse de volupté féline : le pianiste est un amoureux des chats, qui recueille les chats abandonnés. Ceux-ci lui rendent bien son amour, y compris et surtout lorsqu’il joue et improvise au piano…

Ma conclusion?

Le piano, c’est tellement de bonheur, que ça devrait presque être obligatoire !

Ce qu’il t’apporte en plus, en comparaison avec la pratique d’un sport ou d’une autre activité artistique? Le plaisir d’entendre du “joli”, de l’harmonieux.  Ce plaisir est immédiat : tu n’as pas besoin d’attendre des semaines et des semaines pour savourer la plénitude d’un accord parfaitement équilibré, surtout si tu suis ma formation en ligne.

Avec cette formation, tu te débrouilleras très rapidement, en 12 semaines si tu es pressé ! Mais tu auras tout ton temps pour intégrer chaque étape si tu le souhaites. Tu veux en savoir plus? c’est ici.

Tu as aimé? partage avec enthousiasme !

Partager sur facebook
Partager sur email
Le piano à ma portée

Reçois toute l'actualité du site avec ma newsletter !

Retour haut de page