Les joies du cours de piano en Visioconférence

C’est à la mode, partout on trouve des vidéos rigolotes sur les joies du télétravail.

Les joies, ou les contraintes…

Mais RIEN sur le télétravail des musiciens, mis à part de somptueux montages de chorales confinées dont on voit chaque chanteur interpréter tout seul sa ligne mélodique.

Quid du piano, côté prof et côté élève?

Tout d'abord, côté prof :

Ne prétendons pas le contraire, un cours à distance est loin d’être équivalent à un cours en vrai, en “présentiel”, en face-à-face.

Naturellement le son entendu à travers l’ordinateur n’a rien à voir avec le son réel.

Que ce soit le son d’un piano acoustique ou d’un clavier numérique.

Cela dépend de tellement de critères :

  • tout d’abord de la connexion internet. Eh oui, il existe encore des zones, même dans les agglomérations, où la connexion est mauvaise. On ne sait pas pourquoi, mais parfois dans une maison tout passe merveilleusement bien, et à 50 mètres de distance, chez le voisin, en revanche ça crachouille, ça coupe, … et ça donne le mal de mer quand il s’agit d’écouter le piano ! on en parle de l’horaire du cours? Suivant les créneaux choisis, qui sont plus ou moins saturés par les visioconférences dans les entreprises, parfois l’image devient floue, le son … à l’avenant…
  • Ensuite, c’est lié à l’installation du matériel pour le cours. Parfois un simple smartphone posé sur le clavier donne de meilleurs résultats qu’un ordinateur savamment connecté. 

Dans cet extrait on entend remarquablement bien le piano, un clavier numérique de chez Yamaha.

On reproduit les conditions du réel

Pour tricher un peu, et avoir l’impression d’être comme en vrai, je demande à mes élèves, dans la mesure du possible, de poser leur smartphone, ou ordi, ou tablette, plutôt à leur droite. Comme si c’était moi, pendant un cours réel.

Parallèlement, de mon côté j’ai installé tout un échafaudage du côté gauche du piano, pour remplacer la personne qui normalement est assise là.

Je te décris l’échafaudage pour que l’écran de l’ordi soit à la bonne hauteur? Pas trop bas, pour ne pas me grossir (eh oui, on a ses petites coquetteries !), pas trop haut pour que je n’aie pas à tendre le cou toute la journée… 

Ça fait un peu demoiselle du téléphone début de siècle dernier, non?

Alors l’ordi s’est trouvé juché sur un petit banc, en équilibre sur une petite étagère. L’idée aussi est de ne pas montrer l’éventuel fouillis sur mon piano.

Je me suis rendue compte au fur et à mesure des séances ce printemps, que le simple fait d’apercevoir les portes de l’armoire à partitions ouvertes, derrière moi, me dérangeait sur l’image de contrôle pendant le cours…

Quelques surprises

Un bel après-midi de Mai, c’est Sophie qui a eu le privilège d’apercevoir, derrière moi, mes 2 chats guettant un petit campagnol caché sous ladite armoire…

Campagnol qui n’en n’est sorti qu’après le dernier cours !

Âme sensible sois rassurée, le petit campagnol tout mignon est reparti dans le jardin, boudé par les chats qui finalement n’en ont pas voulu !

Les as de la débrouillardise

Le plus rigolo c’est de voir les échafaudages similaires réalisés chez mes élèves !

Entre la construction style Kapla, vue chez Aurore, ou les savantes alternances entre smartphone et tablette, vues chez Charlotte et Guillaume, les variantes sont nombreuses.

Chez Stéphane je suis un peu en arrière du piano, j’ai une vue imprenable sur l’ensemble du rez-de-chaussée.

Chez Anne, l’ordi est derrière toi, donc je t’écoute “dans ton dos”, au propre comme au figuré !

C’est d’ailleurs assez cocasse, parfois l’installation précaire se casse la margoulette, et j’entends encore Eric, un jour où son smartphone en équilibre a basculé “à plat ventre” sur le clavier, s’exclamer, “oh, je t’ai fait tomber, ça va???” d’un ton très inquiet !!!!

Avant tout : garder le côté sympa

Un cours en visioconf est tout aussi sympa que la vraie séance, même si j’ai mis du temps à m’autoriser, comme à mon habitude, à quitter le piano pour aller me faire un petit café pendant que la personne joue, et que je l’entends très bien d’ailleurs depuis la cuisine !

J’avais l’impression de “laisser tomber” mon élève, alors que lorsque je le fais  pendant un vrai cours, c’est plutôt pour lui “lâcher la grappe” et lui redonner un espace de liberté. En réel il m’est arrivé de revenir avec deux mugs de café pour offrir un petit moment de break, histoire de relâcher la pression involontaire que certains se mettent.

Le bon côté du petit écran

Passer la journée les yeux rivés sur un écran de 15 pouces, au lieu de balayer du regard toute la pièce, a été épuisant les premiers temps.

Mais parfois les séances de piano ont donné lieu à de magnifiques fous-rires, car les mimiques de certains de mes élèves drôlissimes sont beaucoup plus présentes à l’écran que pendant la vraie vie, et j’ai souvent éclaté de rire de bon cœur…

N’est-ce pas Emmanuelle?

Une petite anecdote

Avec (j’allais écrire “chez” tellement j’entre chez chacun d’entre vous avec ma webcam), avec un couple de mes élèves disais-je, nous avons pris l’habitude d’enchainer 2 cours : tout d’abord le cours de Monsieur pendant que Madame fait petit-déjeuner les jeunes enfants (du temps du 1er confinement, lorsqu’ils étaient à la maison), puis cours de Madame pendant que Monsieur gère l’habillage desdits enfants. Je passe sur le pyjama de C et les claquettes de G – oui j’ai un petit compte à régler…

Parfois en arrière-plan, lorsque l’angle de vision était dirigé sur le visage de la personne au piano, je voyais le tancarville avec le linge séchant autour du poêle à bois.

C’était tout chou, j’entrais chez eux et je trouvais ça très sympa.

De mon côté, profitant de ce que personne n’entrait plus dans ma salle de piano, hormis moi, j’avais pris mes aises, je faisais aussi sécher du linge devant le poêle, l’essentiel étant qu’on ne le voie pas sur l’écran.

Lors d’une soirée impromptue entre amis, plus tard, nous avons parlé de ce fameux petit linge et sommes partis dans un délire sur mes supposées petites culottes suspendues au-dessus du piano…

Waz fait partie de ces élèves farceurs, et s’est fendue d’un dessin malicieux que je ne résiste pas au plaisir de partager…

Il avait aussi été question de ma pédagogie, lors de cette fameuse soirée. J’entends encore Charlotte se moquer gentiment “ce qui est fou avec toi, c’est que tes commentaires sur ce qu’on vient de jouer commencent toujours par ce qui est bien, on est tout content, et ça se gâte après MAIS… et là ça ne s’arrête plus !” 

D’où la longueur impressionnante du parchemin d’annotations que je suis censée relire…, et la présence du fouet et autres accessoires !

On garde le contact

Cela étant, dans les circonstances actuelles, le cours de piano en visioconférence permet avant tout de garder le contact.

Je découvre également la déco de chez vous, vos petits amis à 4 pattes, et… c’est très sympa ! 

2020-03-25 12.03.18

Quant à moi, je suis heureuse de revoir chaque semaine les visages de mes élèves adultes, souvent devenus amis, avec les années.

Le cours en visioconf n’est pas souhaitable pour les jeunes enfants en École Élementaire. Il est difficile pour moi de corriger ou améliorer à distance, par exemple une position de main, avec les erreurs d’appréciation liées à la qualité de l’image ou la distance de la webcam.

La régularité de nos rendez-vous vous permet de conserver votre progression, et tout simplement de garder votre motivation intacte.

J’ai aussi l’impression que, dans cette période complexe, garder une activité “futile”, culturelle, alors que partout on nous les supprime, représente bien plus que 40 minutes de piano dans une semaine.

C’est une vraie bulle de liberté et de fantaisie.

Je ne résiste pas au plaisir de te montrer le dessin facétieux d’un autre de mes élèves talentueux, du blog pensees-croquees.fr

Oui mes élèves se moquent de moi et de mes expressions favorites -qui feront l’objet d’un prochain article, c’est promis- et je ne leur en veux pas…

Et maintenant ?

À l’heure où j’écris ces lignes, j’ai changé de lieu de confinement. Mon petit studio de piano est … spartiate, mais opérationnel !

On notera l’omniprésence du mug/bol de thé, carburant essentiel de mes matinées pianistiques …

 

Pour conclure...

En attendant des jours meilleurs, nous aurons tiré le meilleur parti des contraintes actuelles…

tout en gardant sourire, motivation, humour, et bien sûr, plaisir de jouer du piano ensemble !

Tu as aimé? partage avec enthousiasme !

Partager sur facebook
Partager sur email
Le piano à ma portée

Reçois toute l'actualité du site avec ma newsletter !

Retour haut de page